Deze website in het Nederlands bekijkenView this website in English
 

Glossaire

Auréole

Ce phénomène d'auréole, souvent signalé lors des transits de Vénus, est un arc lumineux vu autour de la circonférence du disque de Vénus qui est partiellement à l'extérieur du limbe solaire. Il a été décrit pour la première fois par le savant russe Mikhaïl Lomonosov lorsqu'il a observé le transit de Vénus en 1761. Ce phénomène particulier à la planète Vénus a été observé par la suite lors de chacun des transits, mais il présentait une intensité et un aspect variable.

Très tôt, les premiers observateurs en ont déduit que l'auréole pouvait être attribuée à la présence d'une atmosphère autour de Vénus. D'une certaine façon, c'est la première confirmation solide de sa présence! L'arc de lumière est causé par la réfraction de la lumière du Soleil dans l'atmosphère dense de Vénus.

 

Contacts

Pendant un passage d'une planète devant son étoile, se produisent ce que l'on appelle des « contacts ». Ils ont lieu lorsque la circonférence de l'objet le plus petit a l'air de toucher celle de l'objet le plus grand en un point. Ils sont au nombre de 4, comme illustré ci-dessous.

4contacts

 

Coronographe

Le coronographe permet, lors d'une éclipse, d'effacer la partie centrale de l'étoile. Ainsi, seule la couronne de l'étoile observée apparaît, car elle n'est plus « noyée » par la lumière du disque stellaire.

En plus de révéler la couronne de l'étoile, la technique du coronographe permet de rendre visible des objets orbitant près d'elle. Cette technique permet de faire apparaître des objets dont la luminosité est des millions voire des milliards de fois moins importante que celle de l'objet occulté.

De plus, la technique du coronographe a depuis les années 80, été adaptée à l'étude d'autres étoiles que le Soleil. Avec l'espoir de pouvoir ainsi détecter de nouvelles exoplanètes.

 

Exoplanète

Une exoplanète, ou planète extrasolaire, est une planète orbitant autour d'une étoile autre que le Soleil. 763 exoplanètes sont répertoriées à ce jour (10/04/2012).

 

Goutte noire

Le phénomène de la goutte noire est décrit avec précision par de Lalande (1732-1804) dans les "Mémoires de l'Académie des Sciences pour 1769":

"Plusieurs astronomes habiles ont remarqué en 1761 et en 1769, que dans le contact intérieur des bords de Vénus et du Soleil, il se forme entre les deux bords une espèce de ligament allongé qui dure pendant plusieurs secondes, et qui semble être une protubérance, une excroissance, un appendice du disque de Vénus. Quand cette planète approche du disque du Soleil avant de commencer à sortir, et avant qu'elle paraisse prête à toucher le bord du Soleil, on voit comme un point noir s'élancer du bord de Vénus et se réunir au bord intérieur du Soleil, plusieurs secondes avant que la circonférence de Vénus coïncide avec celle du Soleil."

goutte_noire
Ciel et Terre - Bruxelles, Revue populaire d'Astronomie et
de Météorologie, 3ème année, 1882 - page 412-413

La présence de ce phénomène a perturbé les mesures de chronométrage au moment des contacts entre les disques des planètes Mercure ou Vénus avec le limbe solaire, entraînant en conséquence une marge d'incertitude dans le calcul de la valeur de l'Unité Astronomique.

 

Hélioscope

Scheiner_helioUn hélioscope est un instrument utilisé pour observer le Soleil. La technique consiste à projeter une image du Soleil sur une feuille de papier dans une pièce sombre. La lumière du Soleil est focalisée grâce à un téléscope. Cet instrument fut inventé au 17ème siècle.

 

 

Limbe

En astronomie, le limbe désigne le bord du disque d'un astre; le limbe lunaire est ainsi le bord du disque de la Lune.

 

Méthode du transit

La méthode de transit est une méthode indirecte de détection d'exoplanètes. Lorsque la planète passe devant son étoile vu depuis la Terre, elle fait baisser très légèrement la luminosité de celle-ci, comme on peut le voir si l'image ci-dessous représentant le transit de Vénus en 2004.

telluric planet
Crédit: D. Ehrenreich - "Venus as a transiting exoplanet" - 3rd Europlanet strategic workshop - 4th PHC/Sakura meeting - 5-7 March 2012, Paris.

La méthode des transits consiste dans un premier temps à faire des observations répétées d'un maximum d'étoiles dans le ciel, pendant des années. L'efficacité de cette méthode dépend principalement du nombre d'observations, de leur précision et du nombre (inconnu) de planètes qui ont la bonne inclinaison orbitale autour de leur étoile de telle sorte que l'orbite soit une orbite de transit vu de la Terre, ainsi qu'une distance par rapport à leur étoile qui donne lieu à des transits suffisamment fréquents pour nous donner une chance de les détecter.

Après une détection d'un tel transit, l'étoile est ensuite observée individuellement de nombreuses fois pour confirmer le transit. En effet, si celui-ci est bien réel, il doit se répéter. Si c'est le cas, l'étude de ce transit fournit de nombreuses informations difficilement accessibles autrement : la masse de la planète, son rayon (et donc sa densité), etc.

 

Observatoires du Mauna Kea

Les observatoires du Mauna Kea sont une collection d'observatoires astronomiques indépendants, comptant les télescopes parmi les plus grands et les plus puissants du monde et situés au sommet du volcan Mauna Kea sur l'île d'Hawaï (E.-U.). Ils couvrent une zone de 2 km² dans la réserve scientifique du Mauna Kea.

L'emplacement est idéal en raison du ciel noir, d'une bonne vue astronomique, du taux faible d'humidité, car situé au-dessus de laplus grande partie de la vapeur d'eau dans l'atmosphère, de l'air pur, du beau temps et de son emplacement près de l'équateur.

 

Occultation solaire

Une occultation solaire est un mode d'observation qui peut avoir lieu au lever ou au coucher du Soleil uniquement. L'instrument pointe vers le Soleil et en enregistre la lumière (début de l'animation ci-dessous).

Lorsque le rayon lumineux venant du Soleil traverse l'atmosphère de Vénus avant de parvenir à l'instrument, il y a un phénomène d'absorption. En fait les molécules qui se trouvent dans l'atmosphère de Vénus absorbent une partie du rayonnement du Soleil. On voit donc sur le spectre une décroissance du signal en des endroits précis. Ces décroissances ou raies d'absorption sont uniques et représentent la signature des molécules (voir la partie droite de l'animation).

Pour plus de détails (en anglais)...

 

Parallaxe

La parallaxe est l’incidence du changement de position de l’observateur sur l’observation d’un objet. Connaître la parallaxe d'un astre, c'est connaître sa distance.parallaxe

L'une des manières de mesurer la distance entre la Terre et une planète du système solaire s'effectue par la mesure de l'angle sous lequel on verrait la Terre à partir de cette planète. La demi-valeur de cet angle se nomme la parallaxe.

Dans la pratique, la mesure s'effectue à partir de deux points d'observations A et B situés sur Terre. La mesure de l'angle A-Planète-B permet de déterminer l'angle Centre de la Terre-Planète-A (ou B) dénommé Parallaxe de hauteur ou Parallaxe diurne.

La parallaxe du Soleil vaut 8.794 148", ce qui signifie que, du Soleil, on verrait le rayon de l'équateur terrestre sous un angle de 8.794 148".

Source: G. Javaux

 

Réfraction des rayons

La réfraction est la déviation des rayons lumineux passant obliquement d'un milieu transparent dans un autre.

refraction

La réfraction atmosphérique est un phénomène optique qui consiste en une trajectoire non-rectiligne de la lumière à la traversée de l'atmosphère et qui est dû à la variation de la densité de l'air avec l'altitude.

 

Space Science Institute

Le 'Space Science Institute' (SSI) à Boulder, au Colorado, est une entreprise d'utilité publique sans buts lucratifs créée en 1992. Son but est de créer et de maintenir un environnement où les scientifiques des programmes de recherche et d'éducation peuvent s'épanouir d'une manière intégrée.

Le programme de recherche du SSI englobe les domaines suivants: la physique de l'espace, les sciences de la terre, la science planétaire, et l'astrophysique.

 

Télescope James Clerk Maxwell

Le télescope James Clerk Maxwell (JCMT) est un télescope submillimétrique qui se trouve à l'observatoire du Mauna Kea à Hawaii. Son miroir principal fait 15 mètres de diamètre: c'est le plus grand télescope astronomique qui opère dans les longueurs d'onde submillimétriques du spectre électromagnétique (infrarouge lointain à micro-ondes). Les scientifiques l'utilisent pour étudier notre système solaire, la poussière et le gaz interstellaires, et les galaxies lointaines.

Le JCMT est financé par un partenariat entre le Royaume-Uni, le Canada et les Pays-Bas. Il est exploité par le 'Joint Astronomy Centre' et a été nommé en l'honneur du physicien et mathématicien James Clerk Maxwell.

 

Unité astronomique

L'unité astronomique est utilisée pour exprimer les distances au sein du système solaire. La valeur de l'unité astronomique est fixée à 149 597 870 700 m.

Quelques exemples:

  • La Terre est située à 1.00 ± 0.02 AU du Soleil
  • La Lune se trouve à 0.0026 ± 0.0001 AU de la Terre
  • Mercure est à 0.39 ± 0.09 AU du Soleil
  • Vénus 0.72 ± 0.01 AU
  • Mars 1.52 ± 0.14 AU
  • Jupiter 5.20 ± 0.25 AU

Source: International Astronomical Union

 

Pour toute question, cliquez ici.

 

Link naar de website van het Federaal Wetenschapsbeleid
Link naar de Federale Portaalsite